Daniel Berset

Né en 1953, Daniel Berset a été lauréat de nombreux prix et bourses parmi lesquels les Bourses fédérales des beaux-arts. La chaise, comme fil conducteur, est un sujet récurrent dans son œuvre. Dès 1990 et jusqu'à aujourd’hui, il questionne le rapport au socle avec des œuvres telles que « Mon Creux », « Mae de Agua », etc. L'année 1997 fut marquée par la création de Broken Chair , rapidement devenue une figure emblématique de la place des Nations, devant le Palais des Nations Unies à Genève.

La chaise est un acte de civilisation, une manière de parler des hommes sans les montrer! Comme disent les bouddhistes, quand le sage montre la lune du bout du doigt, les hommes regardent le bout du doigt. Je travaille sur le thème de la chaise depuis les années 80. Cet objet domestique nous est à tous familier. En 1987, je suis enfin parvenu, après toute une série d’études, à dessiner un prototype de ce meuble qui dans sa représentation dépasse toutes les modes. Au-delà de sa fonctionnalité et de son esthétique, ce qu’il représente est plus complexe qu’il n’y paraît. C’est un objet de confort, de convivialité mais également de pouvoir. Lorsque j’ai collaboré avec Handicap International, il nous a paru essentiel de ne pas illustrer la violence mais bien de la suggérer. La symbolique m’intéresse, rien n’est plus redoutable que l’anecdote en art. Aujourd’hui, nous sommes bombardés d’images de violence que l’on prend en pleine figure. Après le choc émotionnel, on se blinde et on oublie. La violence suggérée nous permet de poursuivre une réflexion. Je n’aurais jamais imaginé que cette sculpture puisse déranger autant ! Notez que j’ai bien plus de témoignages de soutien que de doléances. En tout cas, je ne pense pas que l’on puisse la placer ailleurs que dans le périmètre de la place des Nations. Elle a été pensée et conçue pour ce lieu. Ailleurs, ne deviendrait-elle pas qu’un objet de décoration?

Pour en savoir plus sur Daniel Berset