Broken Chair, la sculpture troublante et digne de la Place des Nations

 

Les nombreux visiteurs de la place des Nations se demandent souvent ce que « Broken Chair » symbolise.
La discorde entre les nations ?
Le fossé entre pays riches et pauvres ?
La violence qui secoue la planète ?

Visible depuis la «Cour des ambassadeurs» du Palais des Nations, construite en bois de douglas, Broken Chair tient en équilibre instable sur trois pieds, le quatrième ayant été violemment éclaté comme sous l'effet d'une charge explosive. Une façon de montrer que, même mutilées, les victimes de la violence guerrière restent debout, avec dignité.

Historique

C’est le 18 août 1997, initialement pour une durée de trois mois, que l’ONG Handicap International installait cette sculpture monumentale de l’artiste Daniel Berset sur la place des Nations, appelant ainsi tous les Etats à signer, en décembre 1997 à Ottawa, un traité d'interdiction des mines antipersonnel.

Evocation interpellante sans être choquante des nombreuses victimes de cette arme, Broken Chair  incarnera ensuite l’indispensable vigilance des citoyens et des organisations de la société civile, pour que les Etats tiennent les engagements qu’ils auront contractés.

Démontée en mars 2005 en raison des travaux de réaménagement de la place des Nations, son retour avait fait l’objet d’une grande incertitude, nourrie par un vif débat. Il fut tranché in extremis grâce au soutien de nombreuses personnalités et l’attachement diffus pour une œuvre dont la renommée était devenue internationale.

Lors du retour de Broken Chair en mars 2007, Handicap International décidait d’étendre la force symbolique de l’œuvre en soutien cette fois au processus d’interdiction des BASM, les bombes à sous-munitions, qui furent à leur tour interdites par le Traité d’Oslo en décembre 2008.

Lire toute l'histoire

Photo: ©HandicapInternational

 

Une signification universelle

En avril 2016, Handicap International décidait de donner une signification universelle à la présence de Broken Chair sur la place des Nations, où elle incarne dorénavant :

  • le cri désespéré, mais digne, des populations civiles massacrées par toutes les formes de violence armée, et l’obligation faite aux Etats de les protéger et de porter secours aux victimes.
  • l’ardente ambition - qui doit mobiliser responsables politiques et citoyens - d’un accompagnement durable des personnes, des familles et des communautés meurtries, fragilisées ou déstabilisées par les conflits, pour leur permettre de retrouver l’autonomie à laquelle elles ont droit.

La sculpture Broken Chair symbolise à la fois la fragilité et la force, le déséquilibre et la stabilité, la violence et la dignité. Sa présence sur la place des Nations permet à chacun de développer une réflexion personnelle sur sa responsabilité de refuser l’inacceptable, et d’agir.

Carte d'identité

    • Nom: Broken Chair
    • Propriétaire : Fédération Handicap International, organisation humanitaire.
    • Auteur : Daniel Berset, artiste genevois originaire de Bienne.
    • Projet : Paul Vermeulen, co-fondateur de Handicap International Suisse.
    • Charpentier : Louis Genève.
    • Ingénieur : Thomas Büchi.
    • Architectes du réaménagement de la place des Nations : Arlette Ortis & Sandra Robyr.

Données techniques

D’une hauteur de 12 m, cette sculpture monumentale est réalisée de 5,5 tonnes de bois de douglas, soit un volume de 8,2 m3. Construite en deux parties démontables, elle a dû être acheminée sur place par transport spécial et assemblée à l'aide de deux grues avant d’être solidement ancrée à la structure en sous-sol.
Initialement érigée au centre de la pelouse, dans l’axe de l’entrée principale du palais des Nations, Broken Chair fut réinstallée sur le même axe en février 2007, face à la « vallée des drapeaux » des Nations Unies.
La place des Nations ainsi réaménagée fut inaugurée le 29 mars 2007 par Micheline Calmy-Rey, Présidente de la Confédération.

 

Photo: PlaceDesNations©GeneveTourisme_OlivierMiche-4